3 janv. 2008

Position difficile

La motivation, je l'ai.
Aucune hésitation la dessus.

Seulement, il me vient à l'idée quelque chose.
Qui suis-je ?

Cette période n'est pas si loin. Cette période où je devais encore obéir aux CPE, aux ae, aux profs... Et aujourd'hui, voilà que j'ai déjà fait des stages "de l'autre côté de la barrière" en soi-disant professionelle. J'ai chaque jour l'envie de découvrir plus que je n'en sais. Chaque jour envie de faire des progrès, avec ces gens merveilleux qui me donnent l'envie d'apprendre. Envie de tout connaitre pour le concours, comme si j'allais déjà le passer.
Mais en route, j'ai certainement oulié que je n'ai que 18 ans, que ma licence de socio-histoire (qui ne m'interesse guère) est loin d'être dans la poche, que personne comprend ce que je raconte quand je leur parle d'éducation, même pas les profs...

Je suis dans un rêve qui ne fait que commencer j'espère, mais il faut veiller chaque jour à faire face à la réalité.

Il va falloir que je devienne une rêveuse moderée... Sans perdre mon ambition et ma motivation bien sûr... Mais la transformer.
Car j'en perds mes repères. Je suis étudiante, pas AE, pas CPE1, pas CPE, rien de tout ça.

2 ans à tenir. 2 ans c'est presque rien. 2 ans et me voilà en sciences de l'éducation. Ca ne vaut pas le coup de se forcer un peu, ça ?...

A la rentrée, entretien, dans le cadre universitaire avec un CPE (cf article "CPE gentil" posté en décembre 2007). Voilà qu'on peut en faire des choses chouettes. Mais, encore une fois, étudiante licence 1, que nous demandent-ils ? Des choses peu developpées, et concernant la violence scolaire, grâce à tout ces gens que je cotoie régulièrement... Je pense qu'il ne va pas m'apprendre grand chose. Et la prof qui ne connait rien dans ce domaine...

Vivement que j'fasse c'que j'aime avec des gens qui pourront éventuellement partager ma passion, et comprendre de quoi je cause. Ahh ce sera trop bien.

Mais pour le moment... J'suis une étudiante qui flirte entre rêve, réalité, fiction, souvenirs, avenir, mais le présent m'est incertain.

Qui suis-je aujourd'hui, telle est la question "du jour".

2 commentaires:

Anonyme a dit…

mais ma grande (je sais t'aime pas!!!) tu es TOI et c'est déjà beaucoup. bises
patbdm

Laurianne a dit…

Tiens le coup! Car ça en vaut la peine :)
Cette année, je rentre en Sciences de l'Education: j'ai hâte !