12 oct. 2008

La Gallo-Romaine

Faut avouer qu'en amphi, on s'ennuie sévère. En plus, maintenant, parce qu'on est des grands, y'a plus que des gens sérieux.



Il y a celle qui ne lève jamais le nez de sa feuille.

Celui qui préférerait lâcher un pet bruyant et odorant, plutôt qu'un sourire.


Celle qui, toujours en compagnie de son fascicule, suit la prof avec la plus grande attention.


Celle qui fait semblant de travailler.



Celui qui semble perdu, mais qui s'accroche. Enfin il fait semblant, lui aussi.


Et moi, là dedans. J'peux pas rester trop sérieuse.



Mon cerveau n'est pas confectionné pour ça. Je ne sais pas d'où ça vient, mais c'est comme ça. Il y a des questions qui ne se posent pas.


Alors, du mieux que je peux, je mets de l'ambiance. Dans mon coin.

Enfin, ma table.
Mon café.
Et moi.


Mon café, ça ne l'amuse pas trop. Ma table non plus, d'ailleurs. Des fois, je dessine dessus, un sourire. Un poussin. Un canard. Un mec. Pour me sentir moins seule.


Et l'autre jour, même le sourire de la table ne souriait plus. Parce que j'étais vachement énervée.



La prof m'avait fait une remarque, inutile, déplacée, et très injuste, à mon arrivée en amphi.

9h01 : - "Eh bien Mademoiselle, vous feriez bien de vous presser vous êtes en retard, et vous pourriez faire preuve d'un peu plus de motivation. C'est incroyable de voir une telle nonchalance chez certains étudiants. On se demande comment ils arrivent en deuxième année".



- "Ouaiiiiiis çaa vaaaaaaaaaa euhhhh, j'ressors d'anglais y'en a d'autres qui arrivent et puis d'toute façon ... Naaaaan rien c'est bon, lâche moi... Connasse !".



C'est alors que je m'installe au fond, me vêtis de mon bonnet, ma capuche, mes gants, vexée comme un poux, avec l'attitude d'une collégienne ingrate. Je me munis d'une feuille et d'un stylo, puis en attendant qu'elle déballe sa science -parce que Mme était encore bien loin d'être prête-, et je repense à ma première année.



Quand j'avais tous mes potes, avec moi. Qui ne fichaient rien. Avec qui je m'amusais., avec qui on riait. Ils prenaient une année sabbatique. C'était mon p'tit public.


Aujourd'hui, j'ai un public d'huitres. Ils sont accrochés à leurs feuilles, à leurs notes. Ne bouge pas d'un coude, sous menace d'une luxation, fracture, ou pire, une immobilisation par paralysie.



Certains rebelles viennent me parler de temps en temps. A la cafet, quand je bosse. D'autres doivent les considérer comme déviants. Ces rebelles me disent qu'ils m'aiment bien parce que je les fait rire. Parce que j'ai du caractère. Mouais. J'veux bien, mais faudrait s'bouger un peu les gens.



Bon et puis cette prof en question, on l'avait surnommée la gallo-romaine, l'année dernière. Parce qu'elle nous enseigne l'histoire Gallo-romaine, depuis l'année dernière.


Mais dorénavant, ça va changer. La guerre est déclarée.


La prochaine fois qu'elle me fait une remarque, j'lui dis qu'elle est moche. De toute façon faut pas nier l'évidence. Ni cacher la vérité. Quand on est moche, on est moche. Un point c'est tout.






Et dire que je dis aux collégiens d'être respectueux... Des fois, j'ai honte. Mais pas souvent en fait.




7 commentaires:

nonolerobot a dit…

défoule-toi, c'est jamais bon pour le moral de garder ces chose-là pour soi!

MamanCélib a dit…

Elle est peut-être moche, mais en même temps, elle n'est pas là pour vous enseigner l'art de se maquiller, non ? ^_^

Il y a un temps pour s'amuser et un temps pour bosser ;-)

(et honnêtement, avec un bonnet et une capuche, soit je t'aurais demandé de virer tout ça, soit je t'aurais demandé de sortir) ^_^

David B. a dit…

Oh bah mince pour l'ambiance...

Allez, je suis sûr que tu peux réussir à remuer quelques déviants pour qu'ils participent à ta rébellion.

T'as essayé de jouer du kazoo ?
T'as essayé les avions en papier ?

Je dois t'avouer que certains profs sont soporifiques à un point que moi, le bibliothécaire (t'imagines, genre tête de premier de la classe et tout et tout !), je préférais me marrer en regardant les autres jouer au "Couscous Royal".

Quoi ? Tu connais pas le Couscous Royal ?

Minipoucine a dit…

On dit souvent, faites ce que je dis mais pas ce que je fais!Mais tu as raison, ça fait du bien de se défouler en cours de temps en temps, faut savoir rire, sinon on ne vit plus!;-)

Brigitte a dit…

Bon , là , je fais ma réac : t'es plus en 6 ième , et il y a sûrement des choses à prendre ( ou à apprendre ) chez la gallo romaine .

Rosa Negra a dit…

Attention, les mômes déteignent sur toi ;-)

Elle s'y prend mal pour te motiver. Toutefois, il est également possible qu'elle se sente vexée par ton manque apparent de motivation dans ses cours.
En tout cas, la façon intelligente aurait peut-être été de te prendre entre quatre yeux plutôt que de dire ça devant tout le monde. Si tu veux assainir la situation avec elle (elle a fort probablement des choses à t'apprendre mais pour ça il faut que les conditions de travail soient bonnes) il va peut-être falloir que ce soit toi l'adulte.

Allez, zen ;-)

CPEchou a dit…

nonolerobot > Le moral en ce moment, je sais pas ce qu'il faudrait pour qu'il remonte : des vacances peut-etre, malheureusement, les miennes se résume à un WE...

mamancélib > J'suis désolée mais c'est quand même plus agréable de faire cours avec un joli prof qui a des belles fesses et de jolis yeux qu'une mocheté pareille.

david b. > Ben non parce que je note quand même le cours alors pour le kazoo c'est râté. LEs avions en papier, il faut que je teste.

Minipoucine > C'est dur en ce moment, un jour je rigole pour iren, de mes bétises stupides, et un jour, je pleure pour rien... fatigue, quand tu nous tiens...

Brigitte > Tu milites ? Je plaisantes... Tu as raison, mais pourquoi j'suis plus en sixième d'abord ? J'ai rien demandé, moi !

Rosa negra > Je me fais adulte toute la semaine devant des centaines de gamins. Le week end avec la situation à la maison. Pourquoi j'aurai pas le droit de m'amuser encore un peu ,des fois ? Et puis zut, elle a qu'à se défouler sur son mari, elle. (il est prof à la fac, aussi...)... :)

Bisous